Nord-Ubangi : Le dessous des cartes de la démission piégée du gouverneur Izato Nzege

Depuis qu’il avait appris son interpellation, le gouverneur Izato Nzege, croyant flairer-là le piège des députés provinciaux, avait décidé de ne pas pointer son nez à Gbadolite, siège des institutions provinciales du Nord-Ubangi. Tous les coups en provenance de sa province lui semblaient encore imperturbable. Il a fallu l’entrée fracassante en scène des élus nationaux pour que le dur à cuire change d’avis et rendre le tablier au prix d’une terrible négociation !

En effet, à la suite de présumé détournement des fonds alloués à la sécurité pour toutes les provinces de la RDC, les sénateurs du Nord-Ubangi sont entrés dans la phase préparatoire de l’après Izato Nzege. Ils ont décidé de mener des enquêtes auprès de la chaîne nationale des dépenses de la République. La découverte est macabre pour la province du Nord-Ubangi.

Le rapport fait froid aux yeux, car les sénateurs découvrent les chiffres faramineux d’un montant de plus ou moins 12 milliards de FC équivalent à plus ou moins 5 millions de dollars américains transférés à la province depuis le gouverneur Izato Nzege est aux affaires. Le tout pour un dépassement de crédit de finances estimé à plus ou moins 146%!

Ce n’est pas tout. Ces élus se rendent compte que la province du Nord-Ubangi occupe toujours la tête d’affiche en ordre de paiement de ces crédits devant même la ville province de Kinshasa. Quel privilège ?

Face à cette incroyable découverte, les élus nationaux ont décidé à l’unanimité de coucher un rapport accablant à l’inspection Générale des Finances (IGF) lui demandant d’auditer les comptes de la province saignés à flot.

Et la saga de la démission commença

Informé par ses tuyaux de la démarche irréversible des élus nationaux, le gouverneur “berger” pense à une seule voie de s’en sortir : étouffer cette démarche par une simple démission.

Les élus nationaux sont divisés. Les uns pensent qu’il faut continuer en dépit de tout. Les autres lui accordent cette issue malgré les révélations étonnantes de présumé détournement de crédits accordés à la province du Nord-Ubangi par le gouvernement national.

A la tête de cette dernière catégorie, le sénateur Philémon Kpama Baramoto Kata. Ce dernier bloque la machine amorcée en refusant d’apposer sa signature comme ses collègues au document à transmettre à l’IGF. Raisons avancées : Rien. Toutefois, le fait que le gouverneur Izato Nzege n’aurait même pas attendu la réponse concertée de ces élus avant de rendre le tablier, suffit-il pour convaincre le vieux Baramoto Kpama?

Les sénateurs persistent et signent!

Mais dans sa correspondance ayant trait à sa démission surprise, Izato Nzege n’a pas voulu appliquer les leçons apprises dans la négociation. Il a passé son temps à accuser les députés provinciaux présentant même les arriérés de crédit, soient-ils, de 22 mois que la province du Nord-Ubangi n’en a toujours pas bénéficiés!

La majorité des élus nationaux ont clairement fait savoir qu’il aurait tort de croire, malgré cette protection in extremis, que les choses allaient se termine ainsi. Les intérêts de la population sont si grands et délicats qu’ils ne toléront pas de tergiversations et des entourloupettes de leur part. Ces derniers se dressent sur la même longueur d’ondes que les députés provinciaux qui ont également recommandé à leur bureau de faire appel à l’IGF dans le Nord-Ubangi et de traduire en justice le gouverneur démissionnaire.

Emmanuel MOMOTOY