Loi Tshiani : C’est le jour et la nuit depuis qu’elle a été déposée à l’Assemblée nationale : ” Il ne suffit pas de naître de père et de mère Congolais pour prétendre mieux appartenir et servir le Congo.” ( Dongo Yemo Mobutu)

Elle aura soulevé une controverse terrible qui divise non seulement la population mais déchire les QG des partis politiques. La question de la  nationalité congolaise mieux de congolité soulevée par le candidat malheureux aux élections présidentielles de 2018, Noël Tshiani Mwadiamvita donne des insomnies à certains politiciens qui voient s’envoler leurs ambitions présidentielles.

Dans le QG de Ensemble de Moïse Katumbi, le vocable congolité donne des vertiges. Si l’accès à la présidence est verrouillé par la proposition de loi sur la nationalité issue de Noël Tshiani endossée par le député de la Lukunga Nsingi Pululu, seuls les Congolais nés de père et de mère pourront désormais accéder à la présidence de la république pour servir les peuples.

Au Mouvement de Libération du Congo, Jean-Pierre Bemba a tranché l’affaire. Le vendredi 11 juin dernier, le leader du MLC et ancien vice-président a condamné avec véhémence <<…les discours séparatistes, haineux qui portent atteinte à la cohésion et l’unité nationale, et font reculer la paix, la stabilité >>.

Jean-Pierre Bemba est-il concerné ? Quelle est la position du MLC face à cette proposition de loi? Dongo Yemo Mobutu, Secrétaire National du parti de Jean-Pierre Bemba, chargé des relations avec les associations, partis et regroupements politiques a tenu à éclairé l’opinion sur la position du MLC dans cette interview accordée à Liberate News

Liberate News : Bonjour Monsieur Dongo Yemo Mobutu.

Dongo Yemo Mobutu : Bonjour Monsieur le journaliste.

Liberate News : Vous êtes l’un des communicateurs du parti de Jean-Pierre Bemba, de simple débat médiatique, l’idée de Noël Tshiani Mwadiamvita est devenu une proposition de loi sur la nationalité endossée par le député national Nsingi Pululu. La Congolité déchire, qu’en pensez-vous ?

DYM : Je pense que cette question sur la nationalité ou la congolité est abordée avec beaucoup de légèreté et les intentions qui motivent l’évocation de la congolité sont malsaines. La plaie, les problèmes du Congo sont plus profond et exigent de nous un sens aigu de responsabilité, de sérénité et de profondeur pour aborder cette question.

Liberate News : Qu’entendez vous par là ? La question de la congolité est un faux débat ?

DYM : Évoquer la congolité anticipativement pour écarter certains candidats présidentiables par rapport aux élections est anti-démocratique. Dire dans une loi que la fonction président de la république est réservé aux seuls Congolais né de père et de mère est discriminatoire et viole la Constitution du pays en son article 13. Cet article banni toute discrimination pour l’accès aux fonctions de l’État pour tout individu de nationalité congolaise. Excusez moi de le lire pour vos lecteurs : << Article 13 : Aucun Congolais ne peut, en matière d’éducation et d’accès aux fonctions publiques ni en aucune autre matière, faire l’objet d’une mesure discriminatoire, qu’elle résulte de la loi ou d’un acte de l’exécutif, en raison de sa religion, de son origine familiale, de sa condition sociale, de sa résidence, de ses opinions ou de ses convictions politiques, de son appartenance à une race, à une ethnie, à une tribu, à une minorité culturelle ou linguistique >>.

En 2023, il y aura des élections et notre processus électoral qui a longtemps été confisqué par le pouvoir de Joseph Kabila a besoin de plus d’inclusivité. Je veux insister sur le caractère inclusif, de la transparence et de la liberté pour consolider la paix chèrement acquise. Et surtout que cette paix n’est pas encore globale dans notre pays. Nos compatriotes de l’Est souffrent encore de l’insécurité et des tueries. Le président Jean-Pierre Bemba l’a dit quand il a fait appel à nos compatriotes de bannir les discours haineux, tribaux et séparatistes. Une partie de notre pays est sous l’état de siège, nous avons plus besoin de cohésion en tant que peuple pour pacifier la partie orientale du pays.

Liberate News : Cette question de nationalité ne vous dérange pas au sein du MLC? Y a des murmures sur votre leader Jean-Pierre Bemba ?

DYM : J’ai dit dès le départ de cet interview que cette question est abordée avec beaucoup de légèreté et des motivations politiciennes malsaines. Nous devons aller plus profond que ça et chacun doit s’interroger sur son appartenance et les services qu’il rend à son pays. Il ne suffit pas de naître de père et de mère Congolais pour prétendre mieux appartenir et servir le Congo, être plus Congolais que les autres. Il faut encore réellement aimer ce pays et son peuple, lui appartenir au plus profond de soi. Vivre dans le total respect des lois et principes qui régissent notre nation et en plus de cela œuvrer pour son ennoblissement, et celui de son peuple, aimer le Congo et les Congolais voilà qui fait la différence entre les vrais et les faux Congolais.

Mon leader Jean-Pierre Bemba est un Congolais non seulement de père et de mère zaïrois à l’époque, il s’est consacré depuis son plus jeune âge à œuvrer pour le bien de ce pays jusqu’à donner sa vie pour la pacification et la démocratie en RDC. Jean-Pierre Bemba œuvre chaque jour pour l’essor du Congo et des Congolais dans le respect des lois de notre pays. Quand je vois le risque qu’il a pris dans sa vie pour ce pays, je me demande si je suis vraiment plus Congolais que lui. Il a tout abandonné, et personne, des grandes personnalités de ce monde ne pouvait s’imaginer que le fils d’un multi millionnaire et millionnaire lui-même s’embarque dans une aventure politico-militaire pour libérer son peuple. Qui est plus Congolais que Jean-Pierre Bemba ? Moi? Noël Tshiani ? Joseph Kabila ? Ou cette petite fille ou ce petit garçon né aujourd’hui en occident de père et de mère Congolaise ?

Liberate News : Pourtant cette proposition de loi que les militants et les partisans de l’UDPS caressent est déjà au bureau de l’Assemblée Nationale ?

DYM : Certains politiciens, soient députés aiment jouer au populisme. J’ai dit que cette loi sur la nationalité viole la constitution. Le simple fait de verrouiller l’accès à la présidence au Congolais de souche, né de père et de mère est discriminatoire. Nous devons modifier l’article 13 de la constitution pour que cette loi passe.

Liberate News : La question de la nationalité, de la double nationalité reste cependant un casse-tête pour le Congolais lambda et les politiciens. Un moratoire continue de moisir au bureau de l’Assemblée Nationale depuis l’époque Vital Kamerhe ?

DYM : J’aimerais d’abord dire ceci à tous les Congolais, le MLC a été créé pour que toutes les minorités sentent qu’il y a un Etat qui ordonne et qui protège. Travaillons tous, du 1er au dernier citoyen à restaurer l’autorité de l’Etat pour vivre dans un Etat de droit. Restaurer l’autorité de l’Etat passe par le vécu, le respect de la constitution et de toutes nos lois. Payer ses taxes et ses impôts fait parti aussi de celà. Quand nous aurons restauré dans ce pays l’autorité de l’Etat et que nous vivrions tous dans un Congo de droit, dans ce monde de la globalité, de la mondialisation, nous n’aurons pas à nous inquiéter de la congolité. Les lois et le respect des lois du Congo protégeront l’intérêt de tous.

Liberate News : Monsieur Dongo Yemo Mobutu, Merci.

DYM : C’est plutôt moi qui vous remercie et j’aimerais dire à toutes les minorités, les métis Congolais que nous, nous avons créé le MLC pour ordonner et protéger. Je les invite à se joindre tous à nous au sein du Mouvement de Libération du Congo.

Alphonse Singa Bayoko pour Liberate News