EPST : Rentrée scolaire 2021-2022, tous les frais sont définitivement et totalement supprimés au niveau primaire (Note circulaire)

Devenue cheval de bataille, la gratuité de l’enseignement primaire est une clef de voute du régime Tshisekedi. Une rouée sur laquelle Félix Tshisekedi compte s’appuyer pour dompter le peuple aux prochaines élections de 2023.

Le Ministre de l’EPST, Tony Mwaba a tenu dans une note circulaire à rappeler aux gouverneurs des provinces la vision du Chef de l’Etat sur le concept de la gratuité en RDC. Une fois de plus, cette année scolaire qui commence le lundi 04 octobre prochain est “placée de la poursuite des efforts pour la consolidation et pérennisation de la gratuité” de l’enseignement primaire en République Démocratique du Congo.

Selon la note circulaire N°MINEPST/CABMIN/1057/2021 du 07 septembre 2021 portant directives sur les frais de scolarité 2021-2022, le Ministre de l’EPST Tony Mwaba annonce la suppression définitive des frais scolaires pour les classes du cycle primaire dans tous les établissements publics d’enseignement du pays.

Ces frais ” ne peuvent, ni être mentionnés sur les Arrêtés provinciaux portant fixation des frais scolaires, ni être exigés aux parents pour quelque motif que ce soit” a souligné le Ministre Tony Mwaba.

A cela, il faut aussi ajouter les autres frais dont le minerval, la prime d’assurance scolaire, le frais de participation à l’ENAFEP et frais d’identification et de suivi informatisé des élèves qui ” ne peuvent plus être payés par les élèves du primaire des établissements publics d’enseignement“.

Il n’existe donc plus de frais à payer par les parents d’élèves sous toutes leurs formes au niveau primaire” renchérit le patron de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique.

Par ailleurs, concernant les niveaux Maternel, Secondaire général, Cycle court et des Humanités, le Ministre Tony Mwaba recommandé aux gouverneurs des provinces de prendre en compte, en ce qui concerne les frais de fonctionnement par exemple, “les réalités socio-économiques locales et de veiller qu’ils ne soient créés de nouveaux frais fantaisistes tels que frais d’encadrement, frais ecclésiastiques, frais d’itinérance des autorités provinciales, etc.”

Le Ministre de l’EPST supprime en même la “pratique des clés de répartition pour les frais de fonctionnement perçus au niveau des établissements secondaires publics” devenue une rituelle entre les comités provinciaux de l’EPST et les gouverneurs des provinces. Tous les “frais scolaires payés par les élèves des niveaux secondaire général, cycle court et des humanités restent totalement à l’école” Fin de citation.

Emmanuel MOMOTOY