Nord-Ubangi : Les 17 mille réfugiés centrafricains hébergés au Camp Inke sont déconnectés plus d’un an au réseau de communication

L’enclavement est total et l’inquiétude s’invite au Camp des Réfugiés Centrafricains cantonnés au Camp Inke à 45 km de Gbadolite, chef lieu du Nord-Ubangi. 

La compagnie de téléphonie mobile Vodacom installée dans ce site n’est plus opérationnelle il y a plus d’une année et les milliers de sujets Centrafricains qui vivent dans le Camp ne savent jusque là à quel saint se vouer.

“Nous avons passé plus d’une année dans l’insécurité des communications téléphoniques. L’unique et le seul réseau Vodacom installé dans le Camp des 17 Mille personnes n’offre plus ses services il y a plus d’un an et cela aux vues et aux sues des toutes les institutions censées s’occuper de nous “, a martelé jean-Bosco Nohio, un des relais communautaires au Camp Inke.

À lui de poursuivre : “Si Vodacom pouvait venir depiecer ses matériels et les acheminer ailleurs que de les laisser comme si ses équipements étaient opérationnels(…)”.

“Nous demandons au gouvernement congolais de nous trouver d’autres partenaires des téléphonies mobiles et souhaitons voir Vodacom venir emballer ses matériels “ , a renchéri ce relais Communautaire qui porte les voix des Réfugiés Centrafricains vivant dans le Camp.

Notons que le Camp Inke héberge 17 mille Réfugiés Centrafricains qui avaient fui les hostilités armées dans leur pays entre les deux factions rebelles : la Seleka et les Anti-Balaka.

DUTIMO DIDA