RDC : La position de la CENCO face à la “loi Tshiani”

La loi dite de Tshiani visant à réserver l’accès à la Présidence de la République et aux fonctions de souveraineté nationale de la RDC aux congolais nés de père et de mère ne cesse de susciter des réactions au sein de la classe politique congolaise.

La Conférence Épiscopale nationale du Congo (CENCO) n’est pas restée indifférente quant à ce et s’est prononcé par le truchement de son secrétaire général.

Au cours d’une mise point tenue à Kinshasa, Mgr Donatien Shole estime que cette loi menace la cohésion nationale.

Cette loi menace la cohésion nationale et son vote risque de déstabiliser complétement les institutions du pays et diviser les peuples“, a déclaré ce prélat catholique.

Poursuivant son argumentaire, Donatien Shole ajoute : ” la RDC est déjà suffisamment menacée par la crise sécuritaire, ajouter à cela, une loi qui va davantage diviser le peuple, c’est toute la nation qui sera menacée à la suite de l’irresponsabilité politique“.

La CENCO estime que la loi Tshiani est dangereuse non seulement à cause de ses cibles qui sont des grands leaders d’opinion, mais également à ceux qui sont au pouvoir car, ça risque de tourner en bombe contre eux-mêmes.

Initiée par Noël Tshiani et portée par le député national Nsingi Pululu, cette loi est maintenue dans le calendrier de la session de mars 2023 à l’Assemblée nationale ; alors que elle avait déjà été écartée en juillet 2022.

Didier MONDO