CPI : Vladimir Poutine visé par un mandat d’arrêt international

La CPI a émis un mandat d’arrêt international contre le président Russe Vladimir Poutine pour les crimes commis en Ukraine. Le mandat concerne essentiellement la déportation des enfants ukrainiens vers la Russie depuis le début de la guerre.

Aujourd’hui, 17 mars 2023, la chambre préliminaire II de la cour pénale internationale a émis des mandats d’arrêt contre deux personnes dans le cadre de la situation en Ukraine : M. Vladimir Vladimirovitch Poutine et Mme Maria Alekseyevna Lvova-Beloba, commissaire présidentielle aux droitx de l’enfant à Russie”, a déclaré la CPI dans un communiqué.

Les réactions de Moscou

Les réactions n’ont pas tardé du camp russe qui qualifie la décision de la cour pénale internationale de sans effet.

La Russie n’est pas partie prenante du statut de Rome de la Cour pénale internationale et n’a aucune obligation en vertu de celui-ci“, a souligné Mme Zakharova, ajoutant que Moscou ne coopère pas avec la cour.

De son côté, le ministre russe des affaires étrangères estime que la décision de la cour n’a aucune signification. ” Les décisions de la Cour pénale internationale n’ont aucune signification pour notre pays, y compris d’un point de vue juridique“.

Pour le porte-parole de Kremlin, l’idée d’arrestation de Vladimir Poutine est ” scandaleux et inacceptable“. ” La Russie, comme un certain nombre d’Etats, ne reconnaît pas la compétence de ce tribunal, par conséquent, du point de vue de la loi, les décisions de ce tribunal sont nulles et non avenues », a dit Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.

Une décision salutaire pour Kiev et ses alliés

Si les décisions de la Cour pénale internationale sont rejetées par les autorités russes, elles sont par contre saluées par les acteurs impliqués dans la guerre en Ukraine.

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien estime que le mandat d’arrêt de la cour est ”
une décision historique, qui marque le début d’une responsabilité historique”.

La ministre britannique des affaires étrangères James Cleverly s’est félicité de la mesure de la cour. “Nous saluons la mesure prise par la CPI indépendante pour obliger ceux qui sont au sommet du régime russe, y compris Vladimir Poutine, à rendre des comptes“.

Selon le chef de la diplomatie européenne, la Russie doit rendre compte des crimes commis en Ukraine.
Cette décision n’est que le début du processus pour amener la Russie et son dirigeant à rendre des comptes pour les crimes et les atrocités qu’ils commettent en Ukraine. Il ne peut pas y avoir d’impunité“, a déclaré Josep Borrell.

Reste à savoir si l’homme le plus puissant du monde sera aux arrêts. Les jours à venir nous en diront plus.

Didier Mondo