Nord-Ubangi : Un gouverneur démissionnaire assume son propre intérim !

Et quand l’amateurisme atteint le sommet de l’État, ça ne peut que donner des décisions insolites : demander à un démissionnaire d’expédier les “affaires courantes”!

En effet, il a beau nié ses passes en or avec le gouverneur Izato Nzege, Daniel Aselo Okito, car c’est bien de lui qu’il s’agit, vient d’être rattrapé par ses instructions malicieuses. Et comble de ridicule, c’est son message officiel signé son adjoint et mis en orbite par les services de communication du gouverneur démissionnaire.

Dans ce message officiel daté du 12 décembre 2021, il est écrit noire sur blanc : “En attendant la décision de la hiérarchie du pays saisie par vous (-) Vous être chargé d’expédier les affaires courantes (-) avant de tirer la conséquence de l’article 160 alinéas 1er et 5e de la loi électorale“.

Ce message qui reconnaît la tenue d’une plénière de l’Assemblée provinciale à la date de la réception de la lettre de démission du gouverneur Izato Nzege, fait implicitement fi de la suite de cette plénière. Une des démarches faisant preuve des malices de VPM de l’intérieur. Pas un seul mot sur la motion de censure votée à l’unanimité contre son protecteur !

Alors que chaque fois qu’on lui posait la question sur ses accointances protectionnistes en faveur du gouverneur Izato Nzege, lors d’une interview accordée à la Radio-Liberté/Gbadolite, Daniel Aselo Okito jurait la main sur le coeur ne pas les connaître, et lorsqu’on lui opposait les différentes autorisations de sortie qu’il a accordé à ce dernier, le VPM de l’intérieur préférait plutôt charger son adjoint Jean Claude Molipe du MLC lui attribuant la délivrance de ces fameuses autorisations !

Que dire maintenant que le protectionnisme d’Aselo est mis à nu par le fameux message officiel signé par le Vice-ministre de l’intérieur ? Comment accorder à un gouverneur démissionnaire son propre intérim ?

Quant au contenu proprement dit de ce message du VPM de l’intérieur, les esprits sont fixés. Même Jean Claude Molipe, fils de terroir, trempe dans le sauvetage d’un gouverneur doublement “décédé politiquement”: démission trompe l’oeil et déchéance par motion de censure.

Ainsi le VPM de l’intérieur réaffirme une fois de plus qu’un gouverneur, quel que soit son rendement, ne peut quitter ses fonctions que s’il décide. Une façon de plaider auprès du Chef de l’État de ne pas accepter cette “démission” de son poulain !

De toute façon, le message officiel du VPM de l’intérieur ne modifie rien au schéma politique de l’Assemblée provinciale qui a voté à l’unanimité pour la motion de censure contre le gouvernement provincial du Nord-Ubangi.

Emmanuel MOMOTOY