Nord-Ubangi : Des humanitaires agressés par les réfugiés au site de transit de Modale à Yakoma

Très révoltés, les réfugiés Centrafricains se sont pris, contre toute attente, à leurs protecteurs. Ils les ont séquestrés et agressés. Un pire scénario pour les équipes des humanitaires oeuvrant à Yakoma, territoire situé au Nord Est de la province du Nord-Ubangi en République Démocratique du Congo.

La scène s’est déroulée ce mercredi 21 juillet au sein même du site de transit de Modale à Yakoma. Les humanitaires ne sachant rien ont été ceuillis et agressés par des réfugiés centrafricains en colère. Un chauffeur en est sorti grièvement blessé. Il y a eu des casses dans le site et une jeep endommagée.

L’information est confirmée par l’Administrateur du Territoire de Yakoma. Au téléphone de Liberate News, Edmond Lokame Buta declare, je cite:

Les réfugiés centrafricains se sont révoltés contre les humanitaires qui passent souvent pour leurs activités. Ils les ont pris en otage. Ils ont barricadé l’entrée du site pour que les véhicules ne sortent pas.

L’ Administrateur du Territoire de Yakoma souligne qu’il est personnellement descendu sur terrain pour rétablir l’ordre et que le calme est revenu depuis ce matin.

A la question de savoir quelles ont été les réclamations de ces réfugiés relocalisés, l’autorité territoriale indique qu’après investigations, ces réfugiés étaient mal informés par rapport à une assistance qu’aurait apporté le PAM, Programme Alimentaire Mondial, au site de Gomba et de Limasa, toujours dans le territoire de Yakoma. Ce qui n’a pas été le cas, renchérit l’Administrateur du territoire de Yakoma.

Pour Edmond Lokame, ces réfugiés ont un réel problème de faim. Et un ventre affamé n’a point d’oreilles, dit-on :

Après les explications, ils ont vite compris. Mais, en fait, ils réclament la faim. Quand ils sont déplacés, ils n’ont pas d’activités et c’est la faim qui bat record.

Après la descente effectuée par l’Administrateur du Territoire et les partenaires du HCR à Modale, les choses se sont calmées et les réfugiés se sont excusés pour tous les dégâts causés notamment les abris sabotés.

Il sied de noter que les humanitaires font face aux attaques et agressions dans ces différents sites de transit installés dans le territoire de Yakoma où les nouveaux arrivants centrafricains sont accueillis.

Rédaction