Nord-Ubangi : L’ONG ADES alerte sur la présence des charges militaires dans la région

L’organisation non gouvernementale, “Action de développement et du bien-être social “, ONG spécialisée en déminage évoque la découverte des zones dangereuses à travers les différents territoires que compte la Province du Nord-Ubangi.

À Abuzi, une mine anti chard est découverte sur la RN24, c’est dans le territoire de yakoma, à businga,territoire à 140 km de Gbagbolite, deux engins non explosés sont enfuis dans le sol et l’un d’eux est identifié dans une maison d’habitation occasionnant le déplacement des occupants,le territoire de bosobolo n’est pas épargné du danger voire le territoire de mobayi- mbongo.

La province du Nord- Ubangi, une des régions post conflits,regorge encore visiblement des restes des guerres qui nécessitent leurs destructions.À Gbagbolite,chef lieu de Province, cinq zones sont infectées par les engins explosifs notamment dans une école à Ndongo, quartier à plus au moins 20 km du centre-ville de Gbagbolite dans la commune de Molegbe,là on y trouve en pleine concession scolaire une grenade.Même chose tout près de l’aéroport de Gbagbolite où un engin explosif gît sur le sol,(…), renseigne Timothée Kombombo coordonnateur interprovincial de l’ONG ADES.

Dans le territoire de businga à 140 km de Gbagbolite,des occupants vident leur habitation.

Deux engins explosifs notamment une bombe est découverte dans un logi à businga.Pris par la psychose,les occupants vident leur habitation “, martèle le coordonnateur de l’ONG ADES.

Le territoire de bosobolo ne fait pas l’exception de la situation.

À bosobamata, un mortier est découvert et jusque-là aucun déminage“, indique Kombombo Timothée

Et à mobayi-mbongo, des charges militaires sont précisément identifiées à kota-koli, centre de formation des Commandos à 90 km de Gbagbolite.

Dans un premier temps,on dénombre quatre zones dangereuses à kota-koli où existent des engins non explosés qui nécessitent leur déminage”, alerte l’ONG.

Notons que le Nord-Ubangi fait partie des zones post conflits, malgré le passage des ONG spécialisées en déminage, la province continue à enregistrer des engins explosifs sur l’ensemble de son territoire.

DUTIMO DIDA