Mongala : les mouvements associatifs des jeunes réclament l’investiture du gouverneur élu César Limbaya

Réunis sous le label Espace inter-mongalais asbl “EIM”, les jeunes des mouvements associatifs de la société civile de la Mongala ont ignoré l’interdiction du Maire pour prendre d’assaut ce jeudi 7 juillet 2022 les rues de la ville de Lisala, chef lieu de la province de Mongala. Ce groupe de jeunes mongalais réclament haut et fort l’investiture du gouverneur élu César Limbaya par le chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi.

Cette marche interdite la veille par le Maire de la ville de Lisala est partie de la paroisse Bakanza sur avenue aérodrome, avant d’être interceptée par les éléments de la Police Nationale Congolaise. Les manifestants se sont dispersées à la suite des échanges très tendus avec les forces de l’ordre venus faire respecter le communiqué du Maire de la ville du mercredi 6 juillet 2022, interdisant la marche dans sa juridiction.

Dans la foulée, les jeunes se sont dirigés à l’Assemblée provinciale où ils ont pu déposer leur mémorandum après lecture faite par le Coordonnateur National de l’Espace Inter-mongalais-Asbl, Éric Basele Liyele.

Les manifestants disent  attendre du Chef de l’État des solutions aux problèmes qui freinent le décollage de la province de Mongala notamment la fin du régime intérimaire à la tête de la province au profit de l’investiture par le Président de la République du gouverneur récemment élu, Me César Limbaya.

Ce n’est pas tout. Le groupe des mouvements associatifs de jeunes disent soutenir “sans faille les Honorables Députés provinciaux de la Mongala qui travaillent sans relâche pour redorer l’image de la première Institution de la Mongala” ainsi que les “Forces armées de la République Démocratique du Congo face à l’agression du Rwanda“.

A propos de soutien aux FARDC qui combattent les forces négatives à l’Est, les mouvements de jeunes de la Mongala condamnent les atrocités commises par les M23 à l’endroit de populations de l’Est et déplorent en même temps le comportement de la Communauté Internationale qui, selon eux, manifeste l’injustice dans la prise de position face à la crise qui oppose la RDC au Rwanda.

Emmanuel MOMOTOY