Attaque à Rutshuru au Nord-Kivu, le M23 se heurte aux FARDC déterminées

Les choses ont changé. Les FARDC faisant preuve des bravoures ont renversé la tendance face à la récente attaque des villages du territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Les collines stratégiques et villages occupés par les rebelles du M23 ont été récupérés.

L’annonce vient des FARDC après d’intense combat engagé par l’armée congolaise pour répondre à la énième attaque attribuée aux rebelles du Mouvement de 23 mars (M23) en provenance de leur lieu de cantonnement.

Selon le porte-parole adjoint des FARDC, le général de brigade Sylvain Ekenge, il s’agirait d’une incursion du M23 sur le sol congolais. Et que l’attaque a été menée dans la nuit du dimanche 07 à lundi 08 novembre vers les collines stratégiques de Chanzu, Runyoni, Mbuzi…

Ce que semble démentir le M23 dans une mise au point signé en date du 08 novembre 2021 par son président Bertrand Bisimwa. Le M23 affirme qu’il ne peut engager « les hostilités avec les FARDC à ce moment où le partenariat avec le gouvernement se porte bien »!

Toutefois, ce mouvement rebelle reconnaît la présence de ses combattants dans la région pour protéger sans doute ses alliés rwandais et ougandais. Des combattants qui auraient subi à maintes reprises « des actes de provocation de la part des quelques éléments incontrôlés des FARDC depuis l’année 2020 »!

Des justifications qui ne convainquent pas la Société civile du Nord-Kivu. Le Président du Cadre de Concertation de la Société civile du Nord-Kivu, John Banyene qualifie de «mascarade» la fameuse mise au point du M23. D’après ce dernier « aucun groupe armé » ne peut oser “faire cette aventure à la frontière” congolo-rwando-ougandaise « si ce n’est pas le M23» a souligné John Banyene.

Emmanuel MOMOTOY