RDC : les députés dissidents d’Ensemble pour la République exigent la démission des délégués du parti aux institutions

Le torchon brûle au sein du parti Ensemble pour la République. Plus de 30 députés ont claqué la porte suite à la sortie médiatique de Olivier Kamitatu, porte-parole du président fondateur, Moïse Katumbi. Une sortie médiatique à laquelle il a dressé un bilan sombre de la gouvernance de Félix Tshisekedi et a exigé la tenue des élections dans le délai.

Ces députés qui se déclarent être du “courant révolutionnaire progressiste” disent ne pas être concernés par les propos de Olivier Kamitatu et constate l’appartenance du parti à l’opposition. Le député national Adrien Phoba, l’un des dissidents l’a déclaré ce mercredi 12 octobre dans une sortie médiatique.

Le courant révolutionnaire progressiste constate malheureusement qu’au regard des actes régulièrement posés par les dirigeants du parti politique Ensemble pour la République, celui-ci se définit aujourd’hui comme un parti d’opposition au régime du président Félix Tshisekedi“, declare Adrien Phoba.

Au regard des agissements des dirigeants d’Ensemble pour la République, le courant révolutionnaire progressiste appelle les délégués du parti de se retirer des institutions.

A cet effet, notre courant demande au parti politique Ensemble pour la République d’en tirer toutes les conséquences de droit, à savoir la démission de tous ses délégués qui occupent les fonctions dans les institutions notamment dans le gouvernement central, les gouvernements provinciaux et autres institutions“, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, ces députés disent soutenir le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi et lui signifie leur accompagnement.

Didier MONDO