RDC : Jules Alingete interpellé à l’assemblée nationale pour ses propos sur la situation sécuritaire à l’Est du pays

Je réaffirme que la RDC est un pays safe, il n y a pas de guerre au Congo en dépit de quelques poches d’insécurité créées à l’Est du pays par des groupes armés pilleurs de nos ressources“. C’est sur ces propos que Jules Alingete devra se justifier devant les élus nationaux.

L’interpellation de l’inspecteur général, chef des services de l’inspection générale des finances (IGF) est l’œuvre de député national Jackson Ausse.

L’élu d’Irumu dans la province de l’Ituri, une des provinces victimes des guerres a déposé cette interpellation ce jeudi 28 avril 2022 au bureau de l’assemblée nationale.

Ces propos de Jules Alingete au cours d’un forum à Huston aux USA devant les investisseurs américains ont choqué plus d’un congolais.

Le Panel d’experts de la Société civile demande au chef de l’État de démettre ce dernier de ses fonctions à la tête de l’IGF. Ils lui reprochent, en tant que chef d’un service attaché à la Présidence de la République, de tenir des propos jugés “anti-patriotiques, désobligeants, moqueurs, séparatiste” sur la situation sécuritaire actuelle dans la partie Est de la République démocratique du Congo.

Pour ces experts de la société civile, ces propos ne font que cracher sur les mémoires des victimes de la guerre qui se vit dans la partie Est de la RDC depuis plus d’une dizaine d’années.

Didier MONDO