CENI : lancement de la cascade de formation sur l’actualisation des cartographies opérationnelles

Au moins 273 cadres et agents de la commission électorale nationale indépendante (CENI) prennent part à la formation du niveau 1 sur l’actualisation des cartographies opérationnelles. Le coup d’envoi à été donné, en présence des membres du bureau et de l’assemblée plénière de la Ceni, ce vendredi 01 avril par le président de la CENI, Denis Kadima Kazadi, au Centre d’Acceuil Caritas Congo, à Kinshasa.

La cascade de la formation du niveau 1 sur l’actualisation des cartographies opérationnelles est prévue pour 7 jours à laquelle participent 273 dont 26 secrétaires exécutifs provinces et chargés de formation venus des 26 provinces.

Situant le contexte de cette cascade de formation, le président de la CENI a indiqué que “après trois cycles électoraux, le moment était venu de tenir compte de différentes évaluations, observations et recommandations faites à la Ceni concernant notamment la cartographie opérationnelle. La Commission électorale nationale indépendante dispose d’une expertise avérée dans l’organisation des élections. Celle-ci ne suffit pas et il faut une nouvelle vision, une nouvelle image de la Ceni que nous devons tous recréer. D’où le sens de différents séminaires organisés“.

Denis Kadima a ensuite appelé les participants au sens de responsabilité, d’éthique et de morale.

Toute la communauté nationale attend de nous un travail de qualité (…) Vous êtes des cadres dé la Ceni, ne vous laissez pas influencer par des acteurs politiques et sociaux. Changez votre manière de travailler et interrogez toujours votre propre conscience. Vous serez évalué suivant le rendement que vous fournirez dans votre aire de compétence. Ceux qui vont se méconduire seront sévèrement sanctionnés“, a-t-il exhorté.

Le président a également rappelé que “les défis sont énormes mais la mission n’est pas impossible” avant d’attirer l’attention sur un certain nombre de préoccupations concourant à l’amélioration de l’organisation du processus électoral par une gestion efficiente de la cartographie des sites de vote et des centres d’inscription.

Comment réduire les distances entre les électeurs et les centres d’inscription ? Comment équilibrer la répartition des centres d’inscription entre provinces et à l’intérieur des provinces entre les territoires et autres entités ? Au regard dexla réalité de nos voies de communication, comment gérer la problématique des entités à accès difficile pour que les préposés à la collecte arrivent effectivement dans tout lieu habitable?

Pour sa part, le rapporteur adjoint, Paul Muhindo Mulemberi, a auparavant recommandé aux participants “d’être assidus car une série d’évaluations sera organisée en vue de vérifier l’acquisition des connaissances et compétences“.

Tandis que le secrétaire exécutif national, Thotho Mabiku Totokani, a souligné l’importance capitale que revêt la cartographie opérationnelle qui est “le fondement même de toutes les opérations électorales à venir” après avoir présenté les différents secrétaires exécutifs provinciaux et les chargés de formation ainsi que les facilitateurs du niveau 1.

Emmanuel MOMOTOY